L'Avare

par Molière

L'Avare - Molière

L'Avare

Ah ! L'odieux vieillard ! Donner est un mot pour lequel il a tant d'aversion qu'il ne dit jamais : "Je vous donne", mais "je vous prête le bonjour". Avare jusqu'au ridicule puisqu'il fait même comparaître en justice le chat d'un de ses voisins pour lui avoir mangé le reste d'un gigot ! Avare jusqu'au sordide aussi. Ne cherche-t-il pas à prêter à un taux usuraire l'argent qu'il refuse à son fils ? N'est-il pas prêt à vendre sa fille à qui offre de la prendre sans dot ?

Molière a quarante-six ans lorsqu'il écrit L'Avare. Il est au faîte de sa carrière car il jouit depuis dix ans de la protection du roi. Comme il est de coutume à l'époque, il puise son inspiration dans l'imitation des auteurs classiques et c'est une pièce de Plaute, La Marmite, qui sert de trame à L'Avare. Euclion est un homme pauvre qui trouve un trésor dans une marmite et se retrouve brusquement riche et avare. À la différence de Plaute, le personnage de Molière est avare par tempérament et non par occasion, et sa pièce n'est pas une comédie d'intrigue, mais une véritable comédie de caractère et de mœurs, montrant les ravages du comportement d'Harpagon sur l'organisation sociale et morale de sa famille. Au point que Molière a fait de son avare un personnage type du théâtre. Représenté pour la première fois le 9 septembre 1668 au Palais-Royal, L'Avare est l'une des pièces de Molière les plus jouées depuis sa mort jusqu'à nos jours.

Titre écrivain
1
L'Avare Molière

Plus de titres de : Molière